Naissance et origines de la mafia

I Naissance et Origines de la mafia italienne aux USA                                    

  

 

 

                                      
                                         Photo du quartier italien de New York, Little Italy.

L’Italie ,de la fin du XIXème siècle jusqu’au milieu du XXéme siècle, est plutôt une terre d’émigration et un réservoir à main-d’œuvre pour les pays plus industrialisés de l’Europe, et surtout pour les Etats-Unis. Dès l'unification de l'Italie accomplie (proclamation du Royaume d'Italie en 1861), l'Italie amorce, comme d’autres puissances européennes, sa révolution industrielle. L’Italie a du mal à rattraper des pays déjà plus avancés, tel que l'Allemagne ou la France, souffrant également d’un manque de matières énergétiques, notamment de charbon, essentiel durant cette période. Accentué par la transition démographique, amenant une surpopulation des campagnes, le pays va connaître plusieurs grandes vagues d’émigration.

A La grande vague d'émigration (1880-1914)


Au milieu des années 1880, plus de 50 % des départs se font vers le continent américain, dont les 3 principales destinations sont essentiellement les États-Unis, mais aussi le Brésil et l'Argentine. Les habitants du Mezzogiorno sont les principaux migrants à tenter l’aventure outre Atlantique, avec près de 70 % des départs vers les Amériques entre 1900 et 1914.


Entre 1820 et 1930, plus de 4 millions d'Italiens ont quitté leur terre natale pour rejoindre le continent nord-américain; 80 % des 2 500 000 immigrants Italiens arrivés aux Etats-Unis entre 1900 et 1910 viennent du Sud de l'Italie. L'identité d'un gang est à la fois territoriale (un quartier) et ethnique. Les immigrés italiens récents étaient à la fois protégés et le plus souvent exploités par des compatriotes installés depuis plus longtemps tandis que les Américains de souche rejetaient ces immigrants pauvres, non-anglophones et aux coutumes considérées comme « barbares ».De par ce comportement xénophobe, ils sont regroupés dans les quartiers les plus miséreux, ils tombaient plus facilement sous la coupe de ces gangs, qui embrigadaient leurs enfants peu désireux de devoir se contenter, comme leurs aînés, des emplois les plus ingrats. Ceux-ci apprenaient très tôt les leçons de la rue ; ils en tirèrent de la ruse et une grande dureté. Par ailleurs, l'essor économique et démographique rapide des États-Unis au cours du XIX ème offrait de nombreuses occasions de trafic ; et l'étendue du territoire et des libertés offraient une plus grande marge de manœuvre et de meilleures espoirs de gain que le "Vieux continent". En ce sens, on peut considérer que l'essor du crime organisé aux États-Unis est indissociable de la construction de « l'American dream ». Au début du XXème siècle, les plus importants de ces gangs opéraient dans les grandes villes telles que Chicago, La Nouvelle-Orléans et surtout New York. Ils étaient essentiellement composés d'immigrés ou fils d'immigrés italiens.

L’origine des mafias italiennes remontent au début du 19eme siècle où d’une part les riches tenaient à faire respecter une discipline sociale et d’autre part, les paysans tentaient d’organiser leur défense. Aux Etats-Unis, ils espèrent trouver du travail et faire fortune afin de mener une vie normale mais la plupart sont analphabètes et non-anglophones, et de ce fait ne trouve pas de travail. Ils se regroupent alors en quartiers et le peu qui parlent anglais constituent un lien vers l’extérieur. Le seul moyen pour ces hommes de survivre était alors de se procurer de l’argent de façon illicite. L’acceptation de la violence et de l’illégalité par une grande partie de la population contribua également à l’ascension de la mafia.

                

      Emigration italienne par régions 1876-1915:  Les chiffres montrent comment l'émigration a augmenté de façon spectaculaire (Sud de l'italie, Sicile)

 
Aux États-Unis, bon nombre d’entre eux ne pensent pas rester bien longtemps : 20 % à 30 % rentreront en Italie. Ils sont contraints à accepter les postes les plus pénibles physiquement et les plus dangereux. Ils vivent dans des conditions que des américains eux même n'auraient jamais tolérées.
Dans les années 1890, les Italiens représentent 90 % des employés des travaux publics de la ville de New york et la moitié d'entre eux sont manutentionnaires.
L'arrivée massive d'Italiens engendre une vague de violence parmi les Américains établis depuis plus longtemps sur le territoire, répondant selon eux, à des stéréotypes (on les dit illettrés, dangereux, agitateurs, anarchistes, etc.).
Dès lors, les États-Unis commencent à s'interroger sur les problèmes liés à l'immigration de populations, notamment du Sud et de l’Est de l’Europe.


 

                                                                    

                                                                    Italiens dans Mulberry Street , Manhattan : une des rues de la Little Italy.



B Naissance de la mafia italienne aux Etats-Unis

La « Mano Nera » ( la « Main noire » ) est la forme embryonnaire d’organisation mafieuse sur le territoire américain: la petite sœur de la Cosa Nostra. Elle prend ce nom car elle pratiquait l’extorsion à l’encontre des membres de la communauté italienne par des opérations signées d’une main noire dessinées sur les lettres de menace adressées aux cibles du racket. Si la somme demandée n’était pas laissée sur le pas de la porte de la victime, celle-ci se faisait assassinée. Ses activités sont donc l’extorsion, le contrôle du jeu, les trafics en tout genre, et elle solutionne ses problèmes par le meurtre. C’est une filiale de la Cosa Nostra beaucoup plus violente que sa grande sœur. Ainsi, les ressentiments xénophobes anti-italiens se renforcent avec le développement du crime organisé sicilien aux Etats-Unis.

En 1890, la Cosa Nostra s’installe à New-York avec l’arrivée du parrain Antonio Morello. Il s’associa avec un Sicilien immigré en 1898, Ignazio Saietta, surnommé Lupo pour sa cruauté dans la pratique de l’extorsion envers ses concitoyens. La famille Morello devint le groupe criminel dominant dans les années 1910.

Entre-temps, au tournant du siècle, le gang de Monk Eastman (Chef du gang juif new-yorkais de 1895 à 1911) se disputait le territoire du Lower East Side, quartier du borough de Manhattan à New york, avec un gang majoritairement composé d’Italiens connu sous le nom de Five Point Gang, crée par Paul Kelly ,né en 1875 en Sicile. Chaque gang comptait alors plus d'un millier de gangsters qui tiraient leurs revenus du jeu, de la prostitution, du racket, du cambriolage ou de l'assassinat commandité. Ils étaient également en affaire avec les hommes politiques de Tammany Hall, l'organisation du Parti démocrate à New York (au pouvoir dans la ville depuis les années 1850), pour "bourrer" les urnes lors des élections ou prêter main forte pour influencer une décision. En contrepartie, les politiciens faisaient jouer leurs relations dans les milieux judiciaires afin de réduire les effets des arrestations. La lutte entre le "Monk Eastman's Gang" et le "Five Points Gang" en 1903 constitua une véritable bataille rangée en pleine rue, que la police eut le plus grand mal à contenir.
Les règnes de ces gangs déclinèrent au cours des années 1910, notamment suite à plusieurs arrestations, en particulier celle de Monk Eastman. Le Five Points Gang a fait la transition entre les gangs du 19ème siècle et les organisations criminelles contemporaines nées de la prohibition. De ses rangs furent notamment issus Johnny Torrio, Al Capone et Lucky Luciano.
Puis, au début du XXe siècle, Chicago devient une ville violente, gangrenée par la corruption. Le premier grand organisateur du crime dans le Grand Chicago s'appelait James Colosimo, surnommé « Big Jim » ou « Diamond Jim », à cause de sa manie d'arborer des diamants sur ses doigts et vêtements.  En 1909, Colosimo fut menacé par des membres de la Cosa Nostra, au cours d'une opération d'extorsion de la Mano Nera. Ce dernier fit appel au neveu de sa femme, Johnny Torrio, qui appartenait alors au milieu New-yorkais. Après l'avoir aidé à se débarrasser de la Mano Nera locale, il resta à Chicago, devint son lieutenant, et l'aida à étendre son empire. De là naquirent les futures collaborations entre les « familles » criminelles de New York et Chicago. Mais « Big Jim » Colosimo, fut assassiné le 11 mai 1920, par un caïd de la mafia de New York bien connu du nom de Frankie Yale.
La première mafia italienne est sicilienne : La « Cosa Nostra » ( « notre cause », c'est-à-dire « ce qui est à nous »). Cette mafia apparaît en Sicile à partir des années 1860, cette île étant considérée comme mafiogène en raison de certaines caractéristiques comme l’acceptation de la violence et de l’illégalité, la faiblesse de l’économie légale ou la fragilité sociale. Certains Siciliens immigrent désormais vers les Etats-Unis. Ils étaient déjà affiliés à la Cosa Nostra avant d’arriver et renouèrent le même genre de liens que ceux prévalant en Sicile. C’est en Nouvelle Orléans que la mafia sicilienne s’installe pour la première fois aux Etats-Unis avant d’essaimer dans les autres grandes villes à la fin du 19ème siècle. Et plus particulièrement dans l’Etat de Louisiane: la police imputa plus d’une centaine de meurtres à la mafia sicilienne de 1870 à 1890. A la fin du 19ème siècle, celle-ci dominait les activités du port (rackettant les navires en transit) et le commerce des fruits et légumes.

Avant la prohibition, la mafia était déjà très présente en Italie et surtout aux Etats-Unis avec la forte immigration à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème. Mais pendant la période de la prohibition, la mafia va connaître un essor considérable puisqu’elle va une fois de plus contourner les nouvelles lois mises en place, pour régner sur cette activité illégale qu’est le trafic d’alcool.
Entre 1924 et 1929, le préfet Cesare Mori se voit accorder les pleins pouvoirs de la part de Benito Mussolini (Fondateur du Fascisme, il est premier ministre du Royaume d'Italie, avec des pouvoirs dictatoriaux, du 31 octobre 1922 au 25 juillet 1943). Il entame alors un processus de "nettoyage" de la Sicile avec pour objectif l'éradication totale de toute forme d'activité mafieuse. Cette période de répression va provoquer la dissémination de l'oganisation mafieuse hors des frontières. L'implantation d'une diaspora sicilienne aux Etats-Unis permet à la Cosa-Nostra de s'exporter en Amérique du Nord.

 

 

 



 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×