La pèriode de la prohibition

 II La période de la prohibition (1919-1933)

 

La prohibition fait référence à plusieurs pèriodes de la première moitié du XXème siècle où la fabrication, le transport, l'importation, l'exportation et la vente de boisson alcoolisée étaient prohibés dans certains pays comme les Etats-Unis.
C'est le 29 janvier 1919 que toutes les Etats-Unis d'Amérique furent privés d'alcool.
La prohibition de quelque chose signifie l'interdiction de sa présence ou de son usage.

L'étude de cette pèriode a pour finalité d'étayer comment les organisations mafieuses italo-américaines ont su profiter de cette interdiction à la consommation et à la production de l'alcool.

A La loi (1919-1933)


Aux Etats-Unis, la prohibition fût établie par le 18ème amendement de la Constitution des Etats-Unis d'Amerique, ratifié le 29 janvier 1919, et par le Volstead Act, établi le 28 octobre 1919. Seuls deux états, le Connecticut et Rhode Island l'ont rejeté.
Les autorités religieuses et de nombreuses personnes commençaient à être inquiétaient. L'alcool était fortement répandu et consommé. L'abus de boissons alcoolisées entraînait divers maux et délits que les mouvements pour la tempérance souhaitaient réduire. C'est à ce moment la que ces mêmes mouvements ne tardèrent pas a réclamer la prohibition de l'alcool. Ces ligues anti-alcooliques étaient principalement la Women's Christian Temperance Union et l'Anti-Saloon League. Elles dénoncaient les arrivées massives d'immigrands d'Europe de l'Est et du Sud (Italie), grands consommateurs d'alcool.
Grâce a l'acharnement de ces mouvements la prohibition a donc interdit la vente et la consommation d'alcool. Voilà pourquoi dès le XIXème siècle, dans de nombreux pays l’alcool fût accusé d’engendrer délinquance et maladies, et de ce fait prohibé.

Texte original du 18ème Amendement:


AMENDMENT XVIII

Passed by Congress December 18, 1917. Ratified January 29, 1919. Repealed by amendment 21.

Section 1.
After one year from the ratification of this article the manufacture, sale, or transportation of intoxicating liquors within, the importation thereof into, or the exportation thereof from the United States and all territory subject to the jurisdiction thereof for beverage purposes is hereby prohibited.

Section 2.
The Congress and the several States shall have concurrent power to enforce this article by appropriate legislation.

Section 3.
This article shall be inoperative unless it shall have been ratified as an amendment to the Constitution by the legislatures of the several States, as provided in the Constitution, within seven years from the date of the submission hereof to the States by the Congress.

Texte du 18ème amendement traduit en français:

XVIII AMENDEMENT

Proposé par le Congrès le 18 décembre 1917, déclaré ratifié le 29 janvier 1919, abrogé par le 21ème amendement en 1933 .

Section 1.
Seront prohibés, un an après la ratification du présent article, la fabrication, la vente ou le transport des boissons alcooliques à l'intérieur du territoire des États-Unis et de tout territoire soumis à leur juridiction, ainsi que l'importation desdites boissons dans ces territoires ou leur exportation hors de ces territoires.

Section 2.
Le Congrès et les divers États auront concurremment le pouvoir de donner effet au présent article par une législation appropriée.

Section 3.
Le présent article sera inopérant s'il n'est ratifié comme amendement à la Constitution par les législatures des divers États, de la manière prévue dans la Constitution, dans les sept années qui suivront la date de sa présentation aux États par le Congrès. 

Dès la parution du Volstead Act, la forte demande des consommateurs américains ne resta pas sans réponse. L'existence d'un grand marché potentiel suscita l'intérêt au Canada voisin ainsi qu'en Europe. Le commerce d'exportation, parfaitement légal, s'organisa à partir des "têtes de pont" que furent les grandes distilleries canadiennes, les possessions britanniques des Bermudes, des Bahamas et du Belize, mais aussi Saint-Pierre et Miquelon, cet archipel étant un territoire français où convergeaient les alcools canadiens, français et britanniques, avant d'être chargés sur les "rum runners" en vue d'être introduits sur le continent voisin. 



                                
  Document original, 18ème amendement de la Constitution

                                                          
                                                         

 

 

B Le trafic d'alcool: clef de la prospérité mafieuse

Au XIXème et XXème siècle, aux Etats-Unis, le crime devient présent partout, il accable et terrifie les populations, et crée de véritables réseaux de personnes obsédées par l’argent prêtes à tuer, profiter, racketter, exploiter pour parvenir à leurs fins. Le « coup d’envoi » de cette expansion a été sifflé par une loi interdisant la vente, la consommation, la production et le transport de boissons alcoolisées à l’intérieur de l’État: La Prohibition. Les Etats-Unis, qui furent longtemps une terre d’immigration, accueillirent entre autre des irlandais et des écossais, qui ont apporté leur savoir-faire en matière de distillation. Ces néo-américains se sont alors mis à construire des distilleries sur leur territoire d’accueil. L’alcool, maintenant répandu et fortement utilisé, fût montré du doigt, car les saloons étaient devenus des lieux de débauche, détournant les hommes de leurs obligations familiales et professionnelles.  
La prohibition fût au contraire un facteur de croissance des problèmes internes de la nation. La mafia put ainsi s’enrichir grâce à la production et à la distribution illégale de l’alcool dans les speakeasies, bars clandestins de l’époque. Même si les estimations sont difficiles, on estime le nombre de bars à deux cent mille dans tout le pays dont trente-deux mille à New york.

                                                         
  Photo d'un "speakeasy", bar clandestin de l'époque

L'alcool était donc envié de tous. Les organisations mafieuses qui réussissaient frauduleusement à se procurer de la boisson la revendaient pour en toucher des revenus exorbitants. Tous les propriétaires de distilleries, vignerons et autres professionnels maintenant au chômage sombrèrent dans l’illégalité sous l’effet de la colère. Les bars, reconvertis en salons de thé ou épiceries, disposaient d’arrière-boutiques où se mêlaient alcool, drogue, jeu et prostitution.
Selon les affirmations de Morris Kleinman, l'un des principaux bootleggers (contrebandier de boissons alcooliques) de Détroit, le bootlegging rapporte huit cent mille dollars par an. Bootlegger est un terme américain qui signifie « l’homme qui cache une bouteille dans sa botte » et concerne tout particulièrement le trafic d'alcool qui s'est instauré aux Etats-Unis et au Canada entre les années 1917 et 1935. Cette croissance économique amplifie les rapports de corruption entre les gangsters et le monde politico-judiciaire: les élus locaux et juges coopèrent en échanges de pots-de-vin.
En amont, les criminels se fournissent principalement au Canada, en Europe et en Amérique centrale. En raison de la proximité frontalière avec les Etats-Unis, la province de l'Ontario au Canada compte en 1927 seize distilleries et vingt-neuf brasseries. Le lac Erié et les îles de Saint-Pierre et Miquelon servent d'espace de transaction.

The Big Seven réunit les sept principaux vendeurs d'alcool du Nord-Est du pays, à savoir: Frank Costello, Lucky Luciano, Al Capone, Bugsy Siegel, Meyer Lansky, Vito et autres
. L'accord prévoit la fixation des prix et la délimitation des marchés des différents vendeurs. Afin d'éviter la concurrence, The Big Seven conclue avec les gang du Sud et de l'Ouest du pays des accords de coopération.
Les mafieux italiens décident de partager le vaste marché new-yorkais afin que chacun d'eux contrôlent un des cinq borough (district) de la ville. Autour de la région des Grands lacs, dans les villes de Cleveland et Détroit, le trafic est intense en raison de la proximité du Canada. Les chefs des gangs juifs concluent un accord de paix avec le gang italien de Cleveland quand au partage du marché local.
Pourtant, le contrôle du marché local donne lieu à des situations moins pacifiques. En effet à Chicago se déroule la guerre la plus violente. Torrio et Capone déclenchent les hostilités entre gangs en 1924-1925 avec pour objectif l'élimination des concurrents. Le 14 janvier 1929, le jour de la Saint-Valentin Al capone abat septs opposants. Dès lors, sous la conduite de Capone, les italiens contrôlent désormais une large partie des activités criminelles à Chicago dont le trafic d'alcool.

La prohibition est de ce fait l’acte de naissance d’une période de trouble, durant laquelle se sont constitués de véritables empires mafieux autour de la contrebande d’alcool. La loi fût donc la clef de la réussite d’illustres gangsters tels qu’Al Capone, grand parrain de la mafia prohibitionniste. Elle fût donc mise en place pour des raisons politiques, sanitaires et sociales, pour réduire le crime et la corruption. A en croire les statistiques de l'époque son action a eu l'effet inverse:


                                                         
Total Expenditure on Distilled Spirts as a Percentage of Total Alcohol Sales (1890-1960) ,
Total de vente d'alcool informel, exprimé en pourcentage, comparé aux ventes totales d'alcool
Source: Clark Warburton, The Economic Result of Prohibition (New York: Columbia University Press, 1932)


En effet, le graphique présente un "pic" de vente d'alcool dit informel, à savoir l'alcool vendu illégalement par la mafia durant la pèriode de la prohibition, 1919-1933. Le chiffre double comparé à la pèriode précèdant la mise en application de la loi ,puis un retour à la moyenne au lendemain de cette pèriode. 90% du total d'alcool vendu aux états-unis à cette époque l'est par la mafia, de manière illégale.

De plus, le graphique suivant permet de rendre compte de la non éfficacité de la Prohibition face à la consommation d'alcool:

                                                              
Consumption of Alcoholic Beverages (Gallons of Pure Alcohol) 1910-1929
Consommation d'e boissons alcoolisées (1 gallon=4 litres) entre 1910 et 1929
Source: Clark Warburton, The Economic Results of Prohibition (New York: Columbia University Press, 1932)

La consommation d'alcool atteint le même niveau que celui à la veille de la période de la prohibition. Ainsi, la loi ne pût empêcher la contrebande d'alcool réalisée à cette époque par la mafia. En 1924, un rapport du gouvernement fédéral estime à quarante millions le montant des importations illégales. Seulement 5% de cette quantité d'alcool sont saisis.

Cette période de la Prohibition a fait les beaux jours des distillateurs clandestins, des petits passeurs transfrontaliers, des revendeurs, des bar clandestins (les speakeasies), des capitaines de navires impliqués dans le transport des liquides interdits et surtout, des gangs mafieux qui contrôlaient tous ces réseaux, de New york à Chicago, pour empocher de juteux bénéfices au prix de règlements de comptes souvent sanglants.

 C La lutte anti-mafia



Face au développement de la contrebande, le gouvernement fédéral charge Mabel Walker Willebrandt, assistante de l'Attorney General des Etats-Unis, de mener la lutte. Mais, l'application de la loi est particulièrement difficile en raison de la corruption qui sévit dans tout le pays. De plus, les agences fédérales manquent de personnel au regard de la logistique mise en place par les gangsters.
Néanmoins, entre 1920 et 1933, les agents fédéraux parviennent à saisir plus d'un million de bouteilles et 45 000 véhicules transportant de l'alcool prohibé. La principale faiblesse de la lutte anti-mafieuse est le manque de coopération entre les différents services.

John Edgar Hoover (1er janvier 1895 - 2 mai 1972) fût le directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI) de 1924 à sa mort.
Des rumeurs insinuaient que la mafia de Chicago le faisait régulièrement chanter avec des photos compromettantes, ce qui expliquerait pourquoi il ne l'a jamais combattue (lorsqu'il parlait de Hoover, Franck Costello, le parrain de l'époque, le qualifiait de "good people" : terme mafieux qui se réfère à des personnes que l'on contrôle). Des enquêtes ont aujourd'hui prouvé l'existence de la mafia à cette époque, information connue depuis 1932 ,à en croire les archives. Ainsi ce dernier se refuser de s'engager contre la mafia car sous contrôle du mafieux Franck Costello. Hoover est le symbole de cette difficulté de la lutte contre la mafia ,du fait de la corruption.

Suite au non-respect de l'interdiction de la consommation et de la vente d'alcool, ainsi qu'à l'incompétence du directeur du FBI, John Edgar Hoover, qu'on accusa de protéger la Mafia afin qu'elle lui serve contre le clan Kennedy lors des éléctions, ainsi qu'à la corruption des forces de l'ordre, une cellule de crise fut mise en place aux Etats-Unis. En effet, à Chicago une efficace coopération menée sous la direction d'Eliot Ness permet de renforcer les contrôles de police et d'entraver les actions des mafieux.
Elle fut chargée de faire respecter la prohibition de l'alcool à la fin des années 1920 et au début des années 1930. Ness regroupa donc, après une dure sélection, 9 hommes surs et dignes de confiance. Ces derniers menèrent des raids contre les distilleries clandestines ainsi que les entrepôts d'Al Capone, et voulurent trouver ses routes d'approvisionnement. Capone tenta de corrompre ces hommes pour qu'ils arrêtent mais cela fût un échec, cas rare voir unique. Par la suite, les journalistes s'emparèrent de l'affaire et on nomma ces hommes les " Incorruptibles ".
Une loi fut également mise en place, la loi Ricco, destiné a lutter contre le crime organisé. L'objectif était de trouver des moyens, des éléments pour poursuivre en justice des membres d'organisation criminels et de les condamner à 20ans de prison.
Pour le groupe mené par Eliot Ness, le succès fût fulgurant et un million de dollars d'alcool fût saisi en 6 mois. Pour ce qui est de la loi Rico, là encore le succès fut énorme, car des dizaines d'hommes furent arrêtés pour être jugés.
A la fin des années vingt, des voix s'élèvent pour réclamer une action gouvernementale plus pertinente face à l'ampleur de la criminalité qui s'organise grâce au trafic d'alcool. En 1929, le président Hoover nomme George Wickersham à la tête de la National Commission on Law Observance and Law Enforcement. Néanmoins, les conclusions de la commission sont ambigues: elle reconnaissent d'un côté les limites de la lutte contre le commerce illicite d'alcool et, de l'autre, s'interrogent sur le bien-fondé de la loi de 1919. Le rapport de ce dernier ouvre la voie à l'abandon de la Prohibition par Franklin Roosevelt dès sa prise de fonction en 1933.En effet, le 21eme amendement de la Constitution revise le 18eme, et legalise ainsi l'alcool en 1933.



Arrestation de boissons alcoolisées par des officiers durant la Prohibition

Les Incorruptibles ont fait l'objet d'une attention soutenue des studios de télévision et de cinéma américains. Le film deBrian de Palma, avec Kevin Costner dans le rôle de Ness, fût même oscarisé.
La Mafia italo-américaine a donc connu une période difficile qui a sonné la fin de sa très grande influence dans les sociétés où elle régnait avec le crime organisé.

 

Kevin Costner dans le rôle d'Eliott Ness dans Les incorruptibles

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site